Sourcing et social selling à l’ère du digital

Vous êtes ici

27avr2018
social selling

Les réseaux sociaux pour trouver un emploi

Les réseaux sociaux deviennent des plateformes à part entière pour trouver des emplois et /ou des candidats. Linkedin s’est particulièrement démocratisé et est aujourd’hui le réseau incontournable pour se constituer un carnet d’adresses professionnelles et dévoiler son profil de façon ciblée et pertinente. Alors, candidates, candidats : attention à avoir un profil soigné, sans faute et surtout qui vous met particulièrement en valeur !

Twitter prend également de plus en plus d’ampleur dans la recherche d’emploi, notamment avec la popularité du hashtag #I4Emploi. Tout comme sur Linkedin, il est important d’avoir un profil professionnel et en adéquation avec votre secteur d’activité. Aussi, vous pouvez partager de l’actualité sectorielle pour montrer votre intérêt, interpeller des entreprises ou des personnalités et même partager directement votre CV sur le réseau (voire votre profil Linkedin).

La marque employeur

De l’importance de l’image sur le web

La marque employeur, c’est, en quelques mots, l’image que renvoie une entreprise auprès du public, à propos de son recrutement et de sa politique RH plus globalement. Cependant, l’image voulue diffère parfois de l’image qui est réellement perçue. Il est donc primordial de soigner sa présence sur le web, et notamment sur Linkedin et Twitter comme mentionné précédemment. En effet, ces réseaux sociaux seront la vitrine de l’entreprise, et sa communication doit remplir des objectifs bien précis afin de constituer l’image souhaitée auprès des candidats.

L’image d’une entreprise, en termes de social selling, est le 1er levier d’acquisition pour les forces commerciales. Imaginez une entreprise empêtrée dans des bad buzz chroniques, qui fait des fautes d’orthographes à chaque message publié, dont le logo est de mauvaise qualité, illisible, etc. Auriez-vous confiance, ou envie de répondre à une offre d’emploi ? C’est peu probable ! C’est pour cette raison que les entreprises doivent s’atteler à définir des axes de communication RH, de marque employeur. Pour être attrayantes, crédibles et renforcer leur notoriété !

Avis clients : les nouveaux indicateurs

Aujourd’hui, que vous alliez au restaurant, que vous achetiez un ordinateur ou cherchiez un médecin, vous irez systématiquement voir les avis en ligne sur les entreprises dispensant les biens ou services. Pour la marque employeur c’est la même chose ! Tout le monde peut laisser son avis, que ce soit sur Google, sur Facebook, Linkedin ou les autres réseaux sociaux et même sur les forums.

Il est donc essentiel d’adopter une politique de ressources humaines efficiente, dans son ensemble (de la recherche de candidat jusqu’à son entrée et son suivi dans l’entreprise). Avec les sites tels que Glassdoor, une entreprise peut vite se retrouver critiquée et voir son image de marque réduite à des commentaires négatifs. Attention donc à soigner son image sur le web, car elle jouera forcément au niveau de la qualité du vivier de candidats qui contactera l’entreprise.

Finalement, le social selling est le résultat d’une transformation sociétale qui restructure jusqu’aux codes de consommation. Ainsi, la notion de confiance prend une ampleur considérable et va devenir un levier stratégique au niveau commercial.

Social Selling : les pratiques

Le social selling, en quoi ça consiste ? Si on reprend la définition de Définitions Marketing, le social selling se définit comme « l’ensemble des pratiques qui consistent à utiliser les réseaux sociaux professionnels pour le développement des ventes. ».

Tout comme il est désormais inévitable d’avoir un site web optimisé pour le responsive design, il est également inévitable de considérer le social selling comme un outil de la relation client, et non comme une simple démarche déconnectée de tout contexte.

Le social selling est un outil de la stratégie marketing. En effet, cette nouvelle méthode de travail s’est popularisée avec l'évolution de la fonction RH : décloisonnement des pratiques, nouvelles méthodes managériales, digitalisation des outils, etc. Cette libéralisation de la fonction commerciale, née de la transformation numérique, va donc consister à s’adapter au contexte et à la structure actuelle de l’économie du web.

Cette forme innovante d’action commerciale est donc une étape importante d’un processus beaucoup plus large. Cependant, le social selling requiert, en amont, de bien former les équipes à ces nouvelles pratiques et aux nouvelles habitudes de consommation des réseaux sociaux.