Départs en vacances : tourisme et consommation main dans la main

Vous êtes ici

22juin2018
departs en vacances

On vous donnait récemment quelques données sur le rôle du tourisme en France. Pour rappel, la consommation touristique en France représentait 7% du PIB du pays en 2015 ! Aujourd’hui, on va s’intéresser au tourisme à l’échelle des ménages français, car c’est, comme les flux touristiques mondiaux vers la France, des éléments essentiels à la vitalité économique d’un pays.

Une hausse des départs en vacances

Une étude menée par Opinion Way, et publiée par Sofinco, montre que les français sont plus nombreux à avoir l’intention de partir en vacances cet été. Avec les récents résultats indiquant une hausse de la croissance économique, on s’imagine qu’il existe une relation de cause à effet. On peut donc supposer que la croissance, en permettant une hausse des départs en vacances, engendre une hausse des dépenses touristiques, qui engendrent une hausse de la croissance, etc.

D’après l’étude, ce sont 56% des français qui prévoient de s’octroyer quelques vacances estivales, soit une hausse de 4 points comparé à l’année dernière. Cependant, il est important de noter que cette hausse n’est pas généralisée à l’ensemble des ménages. Les inégalités persistent, car, comme on peut le voir, parmi les foyers aux revenus élevés, 80% d’entre eux prévoient de partir en vacances, alors que ceux aux revenus faibles (moins de 1 000 euros par mois), ne sont que 27%.

Une hausse du budget dépensé pour les vacances

Le budget moyen estimé par les français qui souhaitent partir en vacances est lui aussi en hausse comparé à l’an dernier. Une hausse de 105€ tout de même ! Ce qui amène le budget prévisionnel moyen à 1 506€ par ménage. Ici aussi, les inégalités se font sentir, car les plus aisés élèvent leurs dépenses prévisionnelles à plus de 2 200€ alors que les plus modestes dépassent tout juste les 900€.

Un autre point intéressant concerne ceux qui, au contraire, privilégient une rationalisation de leurs dépenses, voire même une baisse de celles-ci. Alors, quels sont les éléments sur lesquels ils ont l’intention de faire des concessions ?

  • La durée des vacances pour 40% d’entre eux,
  • Les loisirs sur place à 34%,
  • La destination à 33%,
  • Le logement à 30%,
  • La nourriture à 28%

départs en vacances

Low cost et économie collaborative : éléments clés des départs en vacances

D’un côté, le développement et la démocratisation de l’économie collaborative deviennent des facteurs prépondérants dans les vacances des français. Par économie collaborative, on entend l’économie du partage : Airbnb, Wikipédia, le couchsurfing ou encore les AMAP. Et cette économie séduit les français, puisque 45% d’entre eux envisagent de recourir à une solution de ce type pour les vacances.

D’un autre côté, le low cost gagne de plus en plus de terrain, et devient presque un réflexe pour réserver ses vacances. 37% des sondés disent avoir déjà pris un vol low cost. De plus, on assiste à une hausse de la consommation de tout ce qui est réduction : vente privée, vente flash, offre de dernière minute, etc. Enfin, un autre point intéressant et surprenant, c’est que parmi les ménages aux revenus élevés, ils sont 61% à profiter des offres low cost.

Le tourisme c’est aussi des métiers passionnants

Maestris Sup forme chaque année de nombreux étudiants aux métiers du tourisme, en les accompagnant tout au long de leur parcours de formation : de l’obtention du bac jusqu’au Mastère (bac +5).